حسن فتوخ : إشكالات النظام المالي للزوجين في ضوء مدونة الأسرة و الاجتهاد القضائي.

مؤسسة قاضي حماية الحريات في التشريع المغربي في أفق إصلاح منظومة السياسة الجنائية

Fondation pour la protection des libertés dans la législation marocaine à l’horizon de la réforme du système de la politique pénale

1 مارس 2018 - 6:39 م تحت الواجهة , مقالات , مقالات , مقالات بالفرنسية
  • حجم الخط A+A-

   + Professeur : Zekraoui Mohammed 

   + Chercheur en affaires juridiques et administratives

Introduction :

Le Royaume du Maroc, fidèle à son choix irrévocable de construire un Etat démocratique, fondé sur des règles et démocratique, continue d’établir les institutions d’un Etat moderne avec ses bases communes, son pluralisme et sa bonne gouvernance et l’instauration d’une société harmonieuse. Et de renforcer le contrôle des droits des détenus et des prisonniers en stipulant que le brevet est l’original jusqu’à ce que la personne ait été reconnue coupable d’un jugement acquitté sur la base d’un procès équitable dans lequel toutes les garanties légales existent. Conformément aux conventions internationales, le législateur marocain prépare actuellement un projet de loi pour adapter le droit pénal marocain aux obligations stipulées dans la Convention. Afin d’harmoniser la législation nationale avec les dispositions de la Convention et de consacrer un recours juridictionnel à la protection de la liberté individuelle et physique contre la détention et la détention arbitraires en élaborant un projet et en instituant la création du Juge de la protection des libertés, Dans tous les recours formés contre lui par toute personne à laquelle le procureur général de la Cour de cassation ou le procureur général du roi ou l’agent du roi a suivi l’une des procédures prévues aux articles 40 et 49 du code de procédure pénale en vigueur, Dans lequel tous les tribunaux du Royaume seront composés de juges qui recevront des plaintes de citoyens qui ont été délivrés avec les ordres de l’agent du roi pour la détention.
Afin de mieux définir l’institution du juge de la protection des libertés, nous aborderons dans cet article la définition de l’institution du juge des libertés et sa nature juridique afin de suivre les rôles les plus importants qui lui sont assignés et la contribution de ce nouvel arrivant au respect des droits de l’homme.

Quelle est l’institution du juge des libertés publiques dans le domaine de la législation comparée (modèle de la France)

L’article 6 de la Constitution dispose que la loi est la plus haute expression de la volonté de la nation et est soumise à l’égalité des droits, que ce soit par des individus ou des personnes morales, Ils sont égaux devant lui et sont tenus de s’y conformer: les pouvoirs publics œuvrent à créer les conditions qui permettent l’actualisation de la liberté des citoyens et des citoyens: le législateur marocain a ainsi fait de la préservation et de la protection des libertés générales ou essentielles. Dispositions juges doivent non seulement l’application de la loi et les décisions judiciaires ne sont délivrés que sur la base de l’application équitable de la loi.
Le projet des événements de la Fondation Qadi pour la Protection des Libertés au Maroc est comme compléter les institutions de justice et consacrer sur le terrain le concept de sécurité juridique et judiciaire dans le respect des conventions, droits et devoirs internationaux tels qu’ils sont internationalement reconnus. La mise en place de l’institution du juge d’instruction est généralement conforme à la stratégie nationale de réforme de la justice en général et à un processus de réforme de la politique pénale en particulier, le juge de la protection des libertés s’inspire de l’expérience de la judiciaire française. Lorsque les droits des individus sont en danger et soumis à la détention préventive, mais dispose de nombreux autres pouvoirs relatifs à la liberté des citoyens, la France a connu l’institution du Juge des Libertés et de la Détention en vertu de la loi n ° 2000-516 du 15 juin 2000 En ce qui concerne son travail pratique dans le domaine du respect et de la protection des libertés individuelles, il est considéré comme ayant le pouvoir de décider dans tous les cas liés à la détention d’une personne impliquée dans la justice. Réserve, et décide aussi sur la question de TalLa libération de la personne ou, au contraire, la prolongation de la détention en détention provisoire au stade de l’instruction de l’affaire, avant d’être renvoyée devant la juridiction à laquelle elle est condamnée Afin d’élargir davantage la portée du travail du juge des libertés, Abandonnée par la suite par le Tribunal administratif en application de la loi n ° 2016-274 du 7 mars 2016 relative à la loi sur les étrangers en France, cette réforme s’inscrit dans la loi n ° 2011-672 du 16 juin 2011 sur la migration, l’intégration et la nationalité. Les libertés et la détention participent aux domaines du droit Lorsque la liberté individuelle est en jeu, le juge de la liberté et de la détention peut également accepter la détention provisoire, le refus d’être placé en détention provisoire, le placement sous surveillance spatiale et la prise de mesures pour organiser le bracelet électronique. Pour ce qui est de la nature juridique de son travail, le juge des libertés est juge au siège, il est juge seul, assisté d’un greffier, condamné par motif et notifié à l’accusé, sans pouvoir faire appel de la décision ou de la demande de libération. Détention préventive Et peut détenir la personne jusqu’à ce que le Procureur ait convoqué une nouvelle audience, étant entendu que cette nouvelle audience aura lieu 10 à 20 jours après la décision du Conseil, faute de quoi cette personne sera libérée. En détention provisoire, la détention provisoire ne peut pas dépasser la limite fixée par la loi et peut être possible dans le cadre d’une enquête judiciaire ou d’un habeas corpus Une enquête judiciaire est une enquête menée par un juge d’instruction dans les affaires concernées.Il a été accusé d’un crime passible d’emprisonnement Si le contrôle judiciaire ou le port d’un bracelet électronique n’est pas suffisant pour conserver des preuves ou des preuves matérielles, pour éviter toute pression sur les témoins ou les victimes ou leurs familles et pour empêcher toute consultation frauduleuse entre l’accusé et ses auteurs, Par exemple, veiller à ce que le suspect reste à la disposition des tribunaux, mettre un terme au délit ou empêcher son renouvellement et mettre un terme à la perturbation extraordinaire et continue de l’ordre public créée par l’affaire. Pour révision Ou des fonctions obligatoires sous surveillance électronique, où la décision de saisir le juge de la liberté et de la rétention par le ministère public est alors prise en détention préventive.

مقال قد يهمك :   المصطفى الكاري : نحو عقلنة تدبير و نزع الأراضي السلالية

Le rôle de la Fondation du Juge des libertés dans l’établissement des principes du respect des droits et libertés

La discussion sur la démocratie nous amène à parler d’un certain nombre de droits fondamentaux qui nous montrent l’efficacité de l’autorité au sein de l’État et ses efforts pour consacrer la primauté du droit en assurant le respect des droits et libertés des citoyens. Et les lois fondamentales en vigueur, qui doivent être incluses dans un ensemble de droits et libertés fondamentaux des individus tout en assurant le respect de ces droits et libertés, il est inutile de prévoir ces droits et libertés sans respect et sans leur application effective, Il ne le fait pas Arrestation, suivi ou condamnation de toute personne, sauf dans les cas et selon les procédures prévues par la loi, au motif que la détention arbitraire ou secrète et la disparition forcée sont considérées comme l’un des crimes les plus graves et que les auteurs sont passibles des peines les plus sévères. Le droit à un procès équitable et, dans un délai raisonnable, les droits de la défense sont garantis à tous les tribunaux. Des systèmes de politique criminelle modernes et des tendances à l’attribution d’un juge qui assure la détention provisoire soit par ordonnance ou prorogation, soit par la libération des personnes détenues et des pouvoirs indépendants du reste des juges, ce qui constitue une garantie pour l’accusé. Temps, si le législateur marocain, dans sa volonté de respecter les règles d’équité et de justice et de protection des libertés individuelles, a institué le juge de l’application des peines et lui a conféré la compétence de suivre l’application de la loi sur l’organisation et le fonctionnement des institutions pénitentiaires «La mise en place de l’institution du juge des peines peut renforcer les garanties de la défense et préserver la dignité du détenu, en plus de la protection judiciaire du condamné après le verdict, ce qui est positif car le lien judiciaire avec le condamné a pris fin , Et suivi par la mise en place de l’institution du juge chargé des procédures de mise en œuvre, où il a assigné un cahier des charges par le contrôle général de l’exécution et du règlement des litiges entre les exécutants et les passifs d’une part Le juge d’instruction des affaires pénales ou pénales peut délivrer une ordonnance d’habeas corpus ou d’ordre d’habeas corpus ou d’ordre d’emprisonnement ou d’arrestation, et compte tenu des ordres et décisions qu’il peut prendre contre les libertés individuelles et incarcérées. Pour parvenir à la vérité, il incombe au législateur marocain de rechercher, purifier et prendre soin des ordonnances judiciaires afin de ne pas porter atteinte aux libertés et droits de la défense et d’utiliser les ordonnances de manière inappropriée conformément au principe: (Chaque accusé reste innocent jusqu’à preuve du contraire) À une règle légale dans Le Code de procédure pénale a continué à consacrer la création d’une nouvelle institution qui lui confère des pouvoirs étendus et indépendants pour protéger et protéger les libertés reconnues à tous par la création de l’institution des juges de la liberté et la liberté des tribunaux de première instance. Comme il contient des avantages, il représente, d’une part, une garantie des droits de l’accusé, considérant que ce juge n’est ni un accusé ni une autorité d’enquête, ce qui lui confère une grande indépendance et neutralité. La Cour, De plus, ce système contribue à l’efficacité de l’enquête criminelle puisque ce juge à temps plein est en mesure de traiter plus étroitement toutes les questions relatives à la détention préventive, tant pour évaluer le pouvoir de l’ordonner, prolonger son mandat ou libérer l’accusé, En détention préventive ou en prolongation en raison d’un débat public, qui est également compétent en cas de violation des obligations de contrôle judiciaire, ainsi que des demandes de libération qui n’ont pas été autorisées par le juge d’instruction.

مقال قد يهمك :   المستهلك بين الرضائية والشروط التعسفية في العقود الاستهلاكية

Compétence du juge des libertés à l’horizon de la réforme de la politique pénale

L’institution du juge des libertés en vue du projet de loi devrait devenir la seule voix judiciaire entendue en matière de détention administrative ou prétendue mise en état, que la contestation de la mesure provisoire de dépôt ou la demande d’extension de cette procédure au-delà de 48 heures On sait qu’en vertu de la loi de procédure pénale en vigueur, une ordonnance de placement en détention provisoire peut être prononcée à tout moment de l’enquête, même contre un accusé placé sous contrôle judiciaire, communiquée immédiatement et verbalement à l’accusé et au ministère public. Article 160, délivré par le juge Si un accusé est en état d’évasion, si le délai légal devient nécessaire pour la continuation de la détention provisoire, le juge d’instruction peut prolonger son délai en vertu d’une décision judiciaire, basée sur une explication spéciale, délivrée sur la base des demandes du Parquet Et si le juge d’instruction ne prend pas une telle décision conformément à l’article 217, l’accusé sera libéré par la force de la loi et l’enquête se poursuivra. Et sur Le juge d’instruction peut décider dans un délai de cinq jours à compter de la date de présentation de ces demandes.
A la lumière de l’institution du juge des libertés, ce dernier devint tuteur et protecteur des droits et libertés par la surveillance immédiate des ordonnances rendues par le ministère public pour prendre des mesures et des ordonnances de détention préventive et des demandes de prolongation par contestation des ordres émis par les parties concernées devant la Chambre des libertés À la lumière du projet de juge des libertés, la relation globale entre le ministère public et la Cour des libertés est devenue cohérente et cohérente dans la réalisation des objectifs souhaités: le sous-secrétaire du Roi, le juge des libertés et de la détention À cet égard, ils peuvent se déplacer entre les lieux et accéder aux dossiers contenant des informations sur les conditions de détention et superviser toute mesure relative au transfert involontaire à l’hôpital par l’institution du juge de la liberté. La nécessité de mesurer la privation de liberté et l’étendue de la régularité, qui est assurée à intervalles réguliers par la loi, ou par une affaire dite facultative, qui, si elle est rejetée, est portée devant le juge des libertés et de la détention, Recourir à tout moment au juge des libertés où se trouve l’établissement psychiatrique où le patient est dans son domaine de compétence.Il peut ordonner la cessation immédiate des soins de santé mentale, où il peut être contacté non seulement par le soignant mais aussi par les parents ou le tuteur. La personne concernée est un mineur, la personne à protéger si le patient est sous tutelle ou tutelle, son conjoint ou la personne à laquelle il est lié par un accord de solidarité civile, le soignant, un parent ou une personne agissant dans l’intérêt du responsable et du sous-secrétaire.
Le juge des libertés et de la détention peut également intervenir automatiquement et à tout moment toute personne intéressée pouvant porter à son attention les informations qu’elle estime réalisables dans le cas de la personne faisant l’objet de cette mesure. La possibilité de révision systématique prévue à l’article L. 3211-12-1 de la loi de santé publique en vertu de laquelle la prise en charge complète du patient ne peut être poursuivie sans décision du juge de la liberté et de la détention avant l’expiration de quinze jours à compter de la date d’adoption et de nouveau dans les six mois, Calomnie La décision du juge des libertés et de la détention est jointe au dossier d’audition du témoin, qui ne révèle pas son identité et n’inclut pas sa signature.

Enfin, nous tenons à souligner que l’activation de l’institution du juge des libertés au Maroc est soumise à la modification des conditions de détention et de détention afin de se conformer aux normes internationales en vertu de la loi «justice et liberté»

تعليقات الزوار ( 0 )

اترك تعليقاً

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.

error: يمنع نسخ محتوى الموقع شكرا :)